À propos

ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody)
Réintégration sociale des personnes incarcérées pour terrorisme en milieu ouvert

L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation (TIS/DCSR). En effet, leur réintégration constitue l’un des principaux défis sociétaux pour les années à venir ainsi qu’un enjeu majeur pour les acteurs de la justice, de la sécurité, du travail social et de la société civile. Pour ce faire, l’ANR TROC centre son analyse sur les liens entre les dimensions individuelles et collectives de leur réinsertion sociale. Elle s’inscrit dans les études de la désistance en explorant deux hypothèses :

  • Les pratiques de réinsertion en milieu ouvert nécessitent d’identifier les questions spécifiques liées aux ajustements des interprétations et attentes entre les principaux acteurs impliqués et les demandes sociétales.
  • La résistance individuelle et l’impact des collectifs contre la radicalisation violente sont soutenus par des dynamiques collectives et individuelles. Nous collecterons des données qualitatives, et quantitatives, à partir des pratiques des acteurs de la chaîne pénale, des acteurs associatifs, des familles et des collectifs, ainsi que de la trajectoire des TIS/DCSR au niveau national.

Le projet fournira des analyses empiriques des pratiques professionnelles et des facteurs psychosociaux de la réintégration sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme. Il utilisera une approche à méthode mixte, combinant une analyse quantitative basée sur des études de type sondage factoriel, ainsi que sur des données collectées par le biais de documents judiciaires et professionnels avec des entretiens de recherche qualitative et des méthodes narratives. La contribution innovante de la recherche réside dans l’analyse produite par le croisement des données collectées auprès des acteurs professionnels et des
personnes radicalisées, de leurs familles et de leurs proches. L’étude permettra d’analyser les processus de désengagement de la radicalisation violente en liant les dimensions d’inclusion sociale et de politique de sécurité. Elle contribuera également à éclairer les décisions politiques en établissant les conditions de soutien à la prévention de la radicalisation et en identifiant les freins et les leviers qui ont un impact sur la réintégration sociale des TIS/DCSR.

Le programme de recherche se déroulera sur 48 mois et sera organisé autour de 5 workpackages. Chaque workpackage est divisé en plusieurs tâches et est soutenu par des personnes ressources et des collaborations nationales et internationales.

Financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR PRC CE39 Sécurité Globale et Cybersécurité) et co-financé par le Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), le projet est coordonné par Nicolas Amadio (Laboratoire DynamE, Université de Strasbourg) et regroupe les contributions des équipes dirigées par Massil Benbouriche (PSITEC, Université de Lille), Bruno Domingo (FMSH, Université de Toulouse) et Rachel Sarg (2L2S, Université de Lorraine).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search