Actualités

 
Vendredi 2 février 2024 de 12h00 à 13h30, avec l’intervention d’Elyamine Settoul, maître de conférences des universités (HDR) et directeur du domaine « Défense et société » de l’IRSEM.

Plusieurs paradigmes ont été mobilisés pour rendre compte des causes profondes de la massification du phénomène jihadiste au cours de la dernière décennie. Certaines théorisations focalisent leur attention sur les versants religieux de la dynamique d’enrôlement, tandis que d’autres accordent un rôle structurel aux facteurs sociaux, générationnels, géopolitiques ou encore psychologiques dans la genèse et l’expression de ces dynamiques. A partir d’une enquête de terrain étalée sur quatre années dans une douzaine de prisons, notre contribution propose de restituer une vision théorique transversale et exhaustive du phénomène, à partir d’une typologie à cinq entrées des processus de « jihadisation ». Ces cinq processus s’articulent autour de la dévotion, l’émotion, la politisation, la manipulation et la pulsion. Ces pôles ne sont pas mutuellement exclusifs et peuvent se conjuguer diversement selon les singularités des trajectoires individuelles. Nous identifierons également les limites ainsi que les angles morts de chaque paradigme théorique.

Elyamine Settoul est maître de conférences des universités (HDR) et directeur du domaine « Défense et société ».  Docteur de Sciences Po Paris, ses recherches s’articulent autour des questions de sociologie du milieu militaire, des thèmes liés à l’ethnicité, l’immigration, les discriminations, les phénomènes de radicalisation et l’espace MENA. Il a créé le certificat de spécialisation Prévention des radicalisations au sein de la chaire de criminologie du Conservatoire national des arts et métiers de Paris. Il est l’auteur de nombreux articles de sociologie et a publié deux livres en 2022 : Penser la radicalisation djihadiste – Acteurs, théories, mutations aux Presses universitaires de France (préface de Marc Sageman) et l’ouvrage collectif, codirigé avec Thierry Balzacq, Radicalization in Theory and Practice : Understanding Religious Violence in Western Europe aux Michigan University Press.

 

 
 
 

 
Du 20 oct. 2023 à 12:00 au 20 oct. 2023 à 14:00
Je participe !

Wébinaire (en ligne : vendredi 20 octobre 2023 de 12h à 14h)

Les inscriptions sont possibles jusqu’au jeudi 19 octobre à 12h.

Un lien zoom sera adressé la veille du wébinaire aux inscrits.

Intervention  1 : La réinsertion des condamnés : approche conceptuelle et limites en matière terroriste

INTERVENANTE : Amandine MAGNE

Elle présentera le cadre conceptuel et juridique de la réinsertion en matière pénale, qui ne bénéficie d’aucune définition en droit. La réinsertion se trouve ainsi fortement malmenée et concurrencée par d’autres concepts phares du droit pénal, tels que la prévention de la récidive. Plus encore, elle est instrumentalisée et mise au profit des politiques pénales les plus répressives, tout particulièrement en matière terroriste. Pourtant, la logique sous-jacente des mesures prononcées à l’encontre des auteurs d’infractions qualifiées de terroristes paraît bien éloignée d’une réelle volonté de réinsertion. Les principaux enjeux de cette intervention sont donc de déterminer dans quelle mesure la réinsertion est une notion qui peut être mobilisée face au terrorisme et si elle constitue un objectif pertinent de la réponse pénale apportée à de tels actes.

Amandine Magne est actuellement doctorante en droit privé et sciences criminelles à l’Université de Poitiers. Sa thèse, dirigée par Laurence Leturmy, porte sur « La notion de réinsertion sociale des condamnés ». Elle a écrit et fait des interventions sur les enjeux de l’enfermement et les droits détenus, de même que sur les mécanismes plus précis que sont la prescription de la peine ou la libération sous contrainte. Elle est également assistante de justice à l’ENM et intervenante en association socio-judiciaire.


Intervention  2 : Violence(s), extrémisme violent et réintégration sociale

INTERVENANT : Nicolas AMADIO

L’objectif de cette communication est de montrer que, si la violence constitue une dimension essentielle de la socialisation à l’extrémisme, elle est également un point nodal de la réintégration sociale. Nous nous appuierons sur la littérature internationale en matière de désengagement de l’extrémisme violent et de réintégration sociale, ainsi que sur les données empiriques (observations, entretiens avec personnes condamnées pour terrorisme et acteurs professionnels) issues de la recherche ANR TROC (ANR-20-CE39-0007). Dans une première partie, nous présenterons un résumé de la recherche dans ses dimensions scientifiques et pratiques. J’essaierai de mettre en évidence certains éléments majeurs du contexte français. Ensuite, nous proposerons de revenir sur quelques définitions des principaux termes (extrémisme violent, terrorisme, radicalisation et réintégration sociale). Dans une troisième partie, à l’aide d’exemples tirés du terrain, nous présenterons les principaux liens entre la réintégration sociale, l’extrémisme et la relation avec la violence. Enfin, nous conclurons sur les principaux enjeux liés à la violence dans le processus de réintégration sociale en matière d’extrémisme violent.

Nicolas Amadio est Maître de conférences en sciences sociales à l’Université de Strasbourg, chercheur au Laboratoire LinCS, UMR 7069 (CNRS, Unistra) / Labo d’études culturelles interdisciplinaires. Il coordonne actuellement la recherche ANR TROC “Réinsertion des terroristes en milieu ouvert” (ANR-20-CE39-0007). Ses travaux portent sur l’étude des conflits, la criminologie et les études socio-juridiques. Il est également co-directeur de la fédération de recherche Langages et Communications, où il mène des recherches sur la cyberviolence. Il a coordonné un numéro de la Revue des Sciences Sociales (2021, 65) sur la “Régulation des conflits et la sortie de la violence” et continue de travailler sur les pratiques de justice restaurative et de médiation, ainsi que sur les rapports à la violence.


Session organisée dans le cadre du programme de recherche ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody) / Réintégration sociale des personnes incarcérées pour terrorisme en milieu ouvert en partenariat avec l’Association Française de Criminologie. L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation (TIS/DCSR).

Cette session est organisée avec l’appui de l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire et du Centre interdisciplinaire de recherche appliquée au champ pénitentiaire (CIRAP) et nos collègues Guillaume Brie et Cécile Rambourg qui participent au programme TROC.

https://www.enap.justice.fr/lequipe-du-cirap

Pour en savoir plus : https://troc.hypotheses.org


OFFRE D’EMPLOI

L’ANR TROC recrute un nouveau ou une nouvelle post-doc’ dont le travail s’inscrira principalement dans le cadre du WorkPackage 3 « Violence Disengagement and Biographical Resources for Strengthening Desistance ».

Il s’agira ainsi de recueillir et d’étudier les données permettant d’appréhender les freins et les leviers individuels et collectifs dans les phénomènes de désengagement de la violence et de réintégration sociale des personnes condamnées pour terrorisme.

Profil recherché: Titulaire d’un doctorat (ou Ph.D) en sciences humaines et sociales, avec une expérience significative sur les problématiques de la radicalisation et de la lutte contre le terrorisme.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’offre


 

Webinaire de la recherche ANR TROC en partenariat avec l’Association Française de Criminologie. Vendredi 12 mai 2023 de 12h15 à 14h

Facteurs de “non radicalisation”: pourquoi on refuse l’extrémisme violent ?

Intervenant:     BARTOLOMEO CONTI


Bartolomeo Conti, docteur en Sociologie (2011), auteur du livre « L’islam en Italie : les leaders musulmans entre intégration et séparation » (2014), est chercheur à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur l’Islam dans l’espace public des sociétés européennes, sur la marginalisation et l’émergence des acteurs, et sur les processus d’entrée et sortie de la violence. Ancien chercheur invité au sein de l’Université de Berkeley, il a participé au projet H2020 Dialogue about Radicalisation and Equality (DARE) qui visait à comprendre les logiques d’action des jeunes face aux messages de radicalisation. Il est actuellement part du Projet QUEST, qui vise à identifier les logiques d’appartenance qui s’agrègent autour de l’islam dans une Europe de plus en plus polarisée.

Inscription obligatoire :  un lien de connexion ZOOM sera transmis aux inscrits la veille au soir (11 mai)

https://asso-crimino-gmail-com.assoconnect.com/collect/description/300217-s-webinaire-troc-afc-facteurs-de-non-radicalisation-pourquoi-on-refuse-lextremisme-violent

Cette conférence est organisée dans le cadre du programme de recherche ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody) / Réintégration sociale des personnes incarcérées pour terrorisme en milieu ouvert en partenariat avec l’Association Française de Criminologie. L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation (TIS/DCSR). 


Wébinaire TROC – AFC : Trajectoires de radicalisation, itinéraires de réintégration ? 
24 mars 2023 de 12h à 14h

Intervention  1 : Quelles trajectoires pour analyser et comprendre la radicalisation 

INTERVENANTE : Claire LITTAYE

La radicalisation appelle à l’étude d’un processus visant, dans le cas du djihadisme, à comprendre ce qui a mené l’individu à passer à l’acte violent ou à l’avoir envisagé. Si le terme de trajectoire est fréquemment employé et associé à la radicalisation, il n’est jamais défini en tant qu’appliqué à la radicalisation et ne fait l’objet d’aucune méthode permettant de s’en saisir et de le rendre opérant. Claire Littaye propose de redéfinir la notion de trajectoire à l’aune de la radicalité djihadiste. Afin d’accéder à une matière biographique suffisante, elle a choisi de s’appuyer sur des procès pour faits de terrorisme. À partir de l’analyse des audiences, elle a pu collecter une “matière trajectorielle”, retracer la biographie des accusés de manière chronologique et identifier des périodes structurant leurs trajectoires.

Issue d’un parcours résolument interdisciplinaire, Claire Littaye est aujourd’hui docteure en sciences et techniques de la cognition après avoir soutenu une thèse sur les trajectoires de radicalisation djihadiste. Durant 5 ans, et à partir de l’analyse de procès pour faits de terrorisme, elle a travaillé sur l’élaboration d’une méthode d’analyse de trajectoires humaines. Actuellement post-doctorante à l’université de technologie de Compiègne (UTC), son travail consiste à éprouver la méthode d’analyse par les trajectoires sur d’autres cas et à partir d’autres terrains que les procès. Dans l’optique d’une méthode voulue saisissable, Claire Littaye travaille avec des partenaires industriels sur la conception et le développement de solutions logicielles visant à instrumenter la méthode.

Intervention  2 : Retour sur les émigrations en Syrie, Utopie, contre-utopie

INTERVENANT : Hamza ESMILI

La communication interroge les flux et reflux de l’engagement pour le djihad parmi les émigrés depuis la France vers Syrie. En examinant les sémantisations successives et parfois concurrentes de cette notion parmi ceux qui lui confèrent une signification existentielle, il s’agit simultanément d’interroger les circonvolutions de l’utopie religieuse par le prisme des idéaux qui la fondent et de leurs devenirs historiques. Adoptant un point de vue de sociologie de la connaissance (Mannheim 2006 [1929], pp. 215-253), je vise à montrer que la poussée utopique que fonde l’émigration en Syrie est consubstantielle de l’esthétisation de tendances morales qui parcourent les sociétés dont sont issus les émigrés – qui affirment ainsi venir en aide aux « musulmans opprimés » par le régime de Bachar al-Assad –, puis que l’échec de leur transfert à la société syrienne des zones libérées aboutit à leur renversement contre-utopique lors de l’établissement du gouvernement territorialisé de l’État islamique. Enfin, à la suite de parcours de durée variable en son sein, la défection ou la fuite en avant nihiliste apparaissent aux émigrés comme seules issues possibles de leur engagement.

À l’encontre des théories dominantes de la radicalisation, lesquelles souffrent inévitablement d’un biais individualiste, l’appui sur la sociologie de la connaissance permet de réinscrire l’engagement pour le djihad dans une expérience collective – celle du groupe social que forment les immigrés et leurs enfants – et la forme de pensée qui lui est propre[1] – c’est-à-dire la réaffiliation à la tradition islamique et son réagencement au sein de l’immigration postcoloniale et ouvrière en cité.

Hamza Esmili est chercheur postdoctoral à la KU Leuven (Belgique). Il a soutenu une thèse de doctorat en sciences sociales à l’EHESS en 2021, sous la direction conjointe de Bruno Karsenti et de Patrick Michel. Ses intérêts de recherche portent sur la socio-anthropologie de la tradition islamique, tant en contexte diasporique que s’agissant des sociétés à majorité musulmane. Certaines de ses publications académiques ont paru récemment ou sont en cours de parution dans Tumultes, Multitudes, le Journal des AnthropologuesRaisons politiques, etc. Hamza Esmili anime également la revue Conditions – Actualité des communautés musulmanes d’Europe et d’au-delà.

Cette conférence est organisée dans le cadre du programme de recherche ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody) / Réintégration sociale des personnes incarcérées pour terrorisme en milieu ouvert en partenariat avec l’Association Française de Criminologie. L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation (TIS/DCSR). 


Vendredi 9 décembre 2022 de 12h15 à 14h – Wébinaire TROC – AFC : La place du sport dans les processus de radicalisation et de désengagement avec les interventions de Médéric Chapitaux, docteur en sociologie, ancien gendarme et fonctionnaire du ministère des Sports en disponibilité ainsi que de Pauline Charles, directrice pénitentiaire d’insertion et de probation au SPIP des Yvelines.

 
Financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR-20-CE39-0007), le projet TROC est coordonné par Nicolas Amadio (Laboratoire LinCs, Université de Strasbourg) et regroupe les contributions des équipes dirigées par Massil Benbouriche (PSITEC, Université de Lille), Bruno Domingo (FMSH, Université de Toulouse) et Rachel Sarg (2L2S, Université de Lorraine).
 

25 nov. 2022 à 12:15 -Wébinaire TROC – AFC : Les ressorts de la radicalité islamiste : quelles racines, quelles solutions ? avec Anne-Clémentine Larroque

Cliquez ici pour vous inscrire

Un lien zoom sera adressé aux inscrits la veille du wébinaire

Spécialiste de l’islamisme, Anne-Clémentine LARROQUE est historienne de formation et diplômée de Sciences Po Aix, chargée de cours en Questions Internationales à Sciences Po Paris. Elle est aujourd’hui analyste-historienne pour la Justice anti-terroriste. Elle a travaillé à l’Institut du Monde Arabe en tant que chargée de mission et a été professeure d’histoire-géographie en lycée (ZEP).

Elle a publié plusieurs ouvrages dont une Géopolitique des islamismes (Que sais-je, PUF, 2014, 2016 et 2021) et son dernier essai est  le Trou identitaire, Sur la mémoire refoulée des mercenaires de l’Islam (PUF, 2021).

Son propos portera sur Les ressorts de la radicalité islamiste : quelles racines, quelles solutions ?

A partir de son dernier ouvrage Le Trou identitaire, Sur la mémoire refoulée des mercenaires de l’Islam, publié aux Presses Universitaire de France en 2021, et de ses expériences de terrain, Anne-Clémentine Larroque nous livrera son analyse des différentes racines des processus de radicalisation, mais aussi des solutions de réintégration sociale que posent ces profils.


Vendredi 10 juin 2022 – Université de Lille
Journée d’étude « Du milieu fermé au milieu ouvert : la réintégration sociale des personnes condamnées pour terrorisme »

Sous la responsabilité scientifique de :
Massil Benbouriche, MCF-HDR Psychologie & Justice, Université de Lille, Laboratoire PSITEC, ULR 4072
Nicolas Amadio, MCF Sociologie, Coordinateur de l’ANR TROC, Université de Strasbourg, Laboratoire LinCs UMR 7069

Sous la responsabilité adminstrative de Christine Humez, resp admin du laboratoire PSITEC ULR 4072, Université de Lille

Inscription gratuite, mais obligatoire
jusqu’au 27 mai 2022

Plus d’infos ici

 

 
Du 25 févr. 2022 à 12:10 au 25 févr. 2022 à 14:00 – Wébinaire TROC 3 : Radicalités politiques et d’extrême droite : des spécificités en matière de réintégration sociale ?
 

Comment sont définies les radicalités politiques ? Quelles sont leurs caractéristiques, leurs points communs et leurs spécificités par rapport à d’autres formes de radicalisation ? Les enjeux qu’elles soulèvent impactent-ils les processus de réintégration sociale des personnes radicalisées et/ou condamnées ? Devrait-on réfléchir des dispositifs de réintégration particuliers en fonction des formes de radicalité ou des objets de radicalisation ?

Nicolas Lebourg et Stéphane François, spécialistes de ces questions, éclaireront ces questions à travers l’exposé de leurs travaux et les discussions avec les participants.

Cette conférence est organisée dans le cadre du programme de recherche ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody) / Réintégration sociale des personnes incarcérées pour terrorisme en milieu ouvert en partenariat avec l’Association Française de Criminologie. L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation (TIS/DCSR).

Pour en savoir plus : https://troc.hypotheses.org”

 

LES INTERVENANTS

______________________________________

Nicolas Lebourg estspécialiste des extrêmes droites. Il mène ses travaux au sein du CEPEL (CNRS-Université de Montpellier) et du Project on the Transnational History of the Far Right (université George Washington). Membre du comité de pilotage du programme « Violences et radicalités militantes en France » de l’Agence nationale de la recherche, il a publié de travaux portant aussi bien sur les partis populistes en Europe que sur les radicalités violentes.

Son propos portera sur les extrêmes droites radicales et ultras en France, à la fois dans leurs dimensions empiriques (types de violence, géographie militante etc.) et cognitives (doctrine, agit-prop etc)

________________________________________________________________________________

Stéphane François estProfesseur de science politique à l’université de Mons, HDR, spécialiste de l’extrême droite et des contre-cultures.

Son propos portera sur les liens entre les droites radicales et les sous-cultures, notamment les subcultures « jeunes » et les processus d’engagement/désengagement pouvant mener à la violence.

________________________________________

 
Vendredi 3 décembre 2021 à 12:00  – Wébinaire TROC : La réintégration sociale des familles : départs et retours de la zone irako-syrienne 

Attention : fin des inscriptions le 1er décembre 2021. Cliquez-ici pour vous inscrire.
Vous recevrez ensuite un lien de connexion dans la journée du 2 décembre.

 

Comment comprendre les processus qui mènent des familles à partir vers la zone irako-syrienne ? Quels sont les enjeux sociaux et juridiques qui impactent leur retour – et notamment celui des enfants – ? En quoi ces phénomènes permettent-ils d’interroger la réception de la problématique de la réintégration sociale des personnes condamnées pour terrorisme, mais aussi, plus largement, de leurs familles ?

Montassir Sakhi et Elodie Cartier éclaireront ces questions à travers l’exposé de leurs travaux de recherche et les discussions avec les participants

 

Montassir Sakhi, anthropologue, post-doctorant à la Katholieke Universiteit Leuven. Membre de l’équipe REGUIDE. Il est auteur d’une thèse intitulée « L’État et la Révolution : Discours et contre-discours du Jihad. Syrie, Irak, France ». Il enseigne l’anthropologie du fait religieux, les Border Studies et la sociologie de l’Etat. Son propos portera sur “Départs vers la Syrie/Irak : Des familles en lutte pour réintégration”.  Son propos portera sur “Départs vers la Syrie/Irak : Des familles en lutte pour réintégration”.

 

 

Elodie Cartier est doctorante en droit privé et sciences criminelles à l’Université Toulouse I Capitole. Elle effectue sa thèse à l’Institut de Recherche en Droit Européen, International et Comparé (IRDEIC) sous la direction de Madame la Professeure Estelle Gallant. Ses recherches portent sur le droit face au retour des enfants de la zone irako-syrienne, en particulier sur le statut et la protection de ces enfants une fois arrivés en France. Son propos portera sur « La (ré)insertion des enfants arrivés en France après un séjour sur la zone irako-syrienne ».

 

 

 


 

Vendredi 22 octobre 2021 – Première séance du webinaire TROC
“Radicalisation et terrorisme : de la fabrique à la réintégration sociale”

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la première séance du webinaire TROC en partenariat avec l’Association Française de Criminologie : “Radicalisation et terrorisme : de la fabrique à la réintégration sociale ” avec les interventions de Jérôme Ferret et Eric Marlière, le vendredi 22 octobre 2021 de 12h15 à 13H55.
 
Vous pouvez vous inscrire ICI
Financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR PRC CE39 Sécurité Globale et Cybersécurité), le projet TROC est coordonné par Nicolas Amadio (Laboratoire DynamE, Université de Strasbourg) et regroupe les contributions des équipes dirigées par Massil Benbouriche (PSITEC, Université de Lille), Bruno Domingo (FMSH, Université de Toulouse) et Rachel Sarg (2L2S, Université de Lorraine).  

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux !
 

Journée d’étude vendredi 4 juin 2021
Réintégration sociale des personnes condamnées pour terrorisme : enjeux et perspectives 

La réintégration sociale des personnes condamnées pour faits de terrorisme et des détenus suspectés de radicalisation constitue l’un des principaux défis sociétaux des années à venir et un enjeu majeur pour les acteurs de la justice, de la police, de l’administration pénitentiaire et du travail social. Comprendre ces enjeux nécessite des approches pluridisciplinaires capables d’intégrer les problématiques sociales, sécuritaires et judiciaires. C’est l’objectif de la recherche ANR TROC (Terrorists reintegration in Open Custody), dans laquelle s’inscrit cette journée d’étude.

 

 


 

Réintégrer les mis en cause pour terrorisme : derrière les incertitudes, des enjeux majeurs

 

BENOIT PEYRUCQ / AFP

 
 

TROC – offre d’emploi post-doc 18 mois

Poste à temps plein à pourvoir dans le cadre d’un contrat à durée déterminée (CDD) de 18 mois à partir du 1er septembre 2021.

Le travail du/de la postdoctorant.e s’inscrira principalement dans le cadre du WorkPackage 1 « Professional Practices in Risk Assessment, and Sentencing and Release Decision-Making Processes for ITC/ODSR » du projet ANR TROC. Sous la responsabilité scientifique de Massil Benbouriche (PSITEC, Université de Lille), il s’agira ainsi d’étudier les pratiquesprofessionnelles en matière d’évaluation du risque, de détermination de la peine et de prise de décision en matière de libération des TIS/DSCR.

 

La FMSH partenaire d’une nouvelle ANR

 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search