Présentation

ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody / Réintégration sociale des personnes condamnées pour terrorisme)

L’objectif de cette recherche multidisciplinaire est d’étudier les freins et leviers de la réinsertion sociale des personnes incarcérées pour faits de terrorisme et des détenus de droit commun suspectés de radicalisation. En effet, leur réintégration constitue l’un des principaux défis sociétaux pour les années à venir ainsi qu’un enjeu majeur pour les acteurs de la justice, de la sécurité, du travail social et de la société civile. Pour ce faire, l’ANR TROC centre son analyse sur les liens entre les dimensions individuelles et collectives de leur réinsertion sociale. Elle s’inscrit dans les études de la désistance en explorant deux hypothèses : (1) les pratiques de réinsertion en milieu ouvert nécessitent d’identifier les questions spécifiques liées aux ajustements des interprétations et attentes entre les principaux acteurs impliqués et les demandes sociétales ; (2) la résistance individuelle et l’impact des collectifs contre la radicalisation violente sont soutenus par des dynamiques collectives et individuelles. Nous collecterons des données qualitatives, et quantitatives, à partir des pratiques des acteurs de la chaîne pénale, des acteurs associatifs, des familles et des collectifs, ainsi que de leur trajectoire.

Financé par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR PRC CE39 Sécurité Globale et Cybersécurité) et co-financé par le Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), le projet est coordonné par Nicolas Amadio (Laboratoire DynamE, Université de Strasbourg) et regroupe les contributions des équipes dirigées par Massil Benbouriche (PSITEC, Université de Lille), Bruno Domingo (FMSH, Université de Toulouse) et Rachel Sarg (2L2S, Université de Lorraine).

The aim of this multidisciplinary research is to study the issues and dynamics of the social reintegration brakes and levers of Terrorist Convicts Ordinary Detainees Susceptible to Radicalization in open custody (ITC/ODSR). Indeed, the social reintegration of radicalized prisoners leaving detention is one of the main societal challenges for the coming years and a major issue for justice, security, social work and civil society actors. The study is focused on the problematic of the interlinkages between the individual and collective dimensions of their social reintegration by exploring two main hypotheses: (H1) socio-judicial practices in
open custody reintegration require to identify specific issues linked to adjustments of interpretations and expectations between the main actors involved in their reintegration process and societal requests; (H2) social reintegration of ITC/ODSR in open custody is linked to the dynamics of individual resistance and collective efficacy.

Funded by the French National Research Agency (ANR PRC CE39 Global Security and Cybersecurity) and by et the Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), the project is coordinated by Nicolas Amadio (DynamE Laboratory, University of Strasbourg) and includes contributions from teams led by Massil Benbouriche (PSITEC, University of Lille), Bruno Domingo (FMSH, University of Toulouse) and Rachel Sarg (2L2S, University of Lorraine).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search